Archives de catégorie : Découvertes

Ce qui se passe aux alentours

La Chapelle Saint-Roch

Se retrouver par une belle matinée après la pluie, avant la neige !

Durant cette arrière saison, nous en profitons pour découvrir notre joli village de Conques et ses alentours.

DSCF2182

DSCF2181Nous étions ravies d’avoir une visite organisée avec gentillesse par Anne ROMIGUIERE , guide de l’Office du Tourisme.

 

Nous partons à la découverte de la Chapelle Saint-Roch,
DSCF2188datant du XVe siècle.
Elle se situe sur un promontoire rocheux, dans les faubourgs de Conques.

DSCF2185Construite à la place d’un ancien château, dont le propriétaire, fort peu apprécié, contrôlait et « taxait » l’accès au village par le Sud. Le passage du Dourdou par le Pont Romius était un « péage » naturel!DSCF2184

Sous la chapelle, creusée dans la roche, une cavité abrite 2 bassins alimentés par des eaux de ruissellement.

 

Mais, c’est à l’intérieur que se cachent de magnifiques peintures. C’est un privilège de les découvrir avec Anne.

DSCF2194 DSCF2193 DSCF2192
Plafond  et Grandes Fresques du XIXe


DSCF2204Et surtout des peintures du XV et XVIe
DSCF2200 DSCF2198 DSCF2205
Sur les murs de la chapelle et dans la sacristie (partie plus ancienne)

Découvertes et Partage, étant les maîtres mots de cette journée.

Nous avions commencé la journée par un petit déjeuner chez Véronique MARY, Au Nid d’Angèle . Se  réchauffer et prendre des forces avec la traditionnelle fouace.

Après la visite, nous nous retrouvons toutes (rejointes par Jean, le papa d’Agnès ) pour un déjeuner pique-nique  succulent chez  Claude OLLIVE, écrivain et poète, et Christiane LAPEYRE, qui réalise des scupltures sur pierre et bois, des gravures à l’eau forte.

DSCF2213

Avant de repartir, Martine BOUTET, peintre contemporaine, me fait découvrir son atelier et ses toiles. Nouvelle habitante de la rue Charlemagne.

Accompagnée de Marie Do BOURDON-BELIN, créatrice et fabricante de Bijoux, nous redescendons tranquillement vers le Pont Romain en organisant la prochaine sortie …

Un grand MERCI à Anne, pour cette belle visite et à très vite pour une nouvelle news!!

VUE DU CIEL

Enfin le temps et surtout la bonne météo pour aller faire un vol à deux en ulm. C’était il y a juste 10 jours.

DSCF2003Notre ulm Murphy est basé à l’aérodrome de Bozouls, réputé pour son site géologique. Mais cette fois, nous profitons du nouvel ulm du club, un superbe Guépard.  Cet appareil est entièrement fabriqué dans l’Aveyron, à Villefranche de Rouergue

DSCF2004Après le plein d’essence et les vérifications habituelles de sécurité, nous décollons pour une petite virée au dessus des Grangettes

 

Avant l’arrivée au dessus de la maison, nous passons au dessus des fermes de nos voisins!!

DSCF2007Mas Petit (en haut à droite)

 

et Lieufond (en bas à droite)

DSCF2010  Le Hameau de Trémel

Il manque la ferme du Verdier : c’est promis on passe au dessus la prochaine fois!DSCF2014

La ferme de Calvignac  « le haut »

 

et Les Bordes en pleine rénovation

 

DSCF2017

Et enfin Les Grangettes

DSCF2018

Notre petit hameau, vue d’en haut!!

Le débroussaillage et les travaux sont bien visibles et cela fait vraiment plaisir.
La Grange à l’entrée va bientôt devenir le salon bibliothèque
Le potager se distingue bien dans l’ancienne serre
La maison a l’air beaucoup plus grande
et il reste de nombreux espaces  à tondre!!!

DSCF2020Je me re-familiarise avec les airs…. et mon pilote préféré est ravi de cette cette virée. Petit survol de Conques avant de redescendre en longeant le Lot.

 

Nous décidons de refaire un vol le week end suivant. Direction Thérondel tout en survolant les barrages qui jalonnent la Truyère!!  Une petite halte sur une piste privée avec vue sur les sommets du Cantal.

Les Grangettes ULM à Saint-DrézéryC’est promis, je vais prendre plus de temps pour aller voler avec mon chéri

Vous êtes donc les bienvenus pour venir voler au club de Bozouls.
Jean-Pierre ou ses amis se feront un plaisir de vous faire découvrir les villages alentours ou le plateau de l’Aubrac.

Une surprenante rencontre …

A moins de 5 kms de la maison, en passant de bonne heure en voiture, dans un champs, au milieu des charolaises… Nous découvrons ce chamois

DSCF1709

Coup de chance, l’appareil photo était dans la voiture.

Nous pouvons faire quelques photos, alors que l’animal évolue tranquillement au milieu des vaches et va même se frotter la tête sur une mère.

DSCF1712

Tout le monde est calme et cohabite paisiblement

DSCF1714

 

DSCF1713 Mâle ou Femelle ?

Il y a quelques années, un couple de chamois avait été aperçu entre Conques et Lunel. Le bouc a malheureusement été retrouvé mort dans une clôture.

Serait-ce la femelle qui serait encore dans les environs?

Pour essayer d’en savoir plus, voici des explications complémentaires.

Le dimorphisme sexuel peu marqué des chamois rend difficile la distinction des mâles et des femelles. Avant un an, cette distinction n’est guère possible, faute de critères fiables. Seule l’observation des chevreaux qui urinent peut le permettre car, quel que soit l’âge, le mâle urine entre ses quatre pattes alors que la femelle le fait en arrière des postérieurs. Entre un an et deux ans, elle est encore très aléatoire. Certes les éterlous ont des cornes plus épaisses et plus recourbées que les éterles, un comportement différent. Mais ce sont là, outre la position de miction, les seuls critères et ils sont soumis à de fréquentes exceptions.

À partir de deux ans, les critères de différenciation sont plus nombreux.

L’allure générale

Celle du bouc est plutôt ramassée. Du fait d’un poitrail et d’une cage thoracique plus massifs, le poids du corps semble porter sur les membres antérieurs, en apparence plus courts que les postérieurs. Son cou est large et trapu. Le développement du larynx raccourcit la tête et lui confère une silhouette plutôt triangulaire.

La chèvre est plus fine et légère d’aspect. Son cou, long et étroit, soutient une tête plus allongée. Ses membres sont élancés, l’arrière train plus massif.

Les cornes

Elles sont généralement épaisses chez le mâle, plus fines chez la femelle. Bien qu’il y ait des exceptions – à savoir, des femelles à crochets fermés et, plus rarement, des mâles à crochets ouverts – la fermeture des crochets, beaucoup plus marquée chez le bouc, est un bon critère.

schéma cornes chamois

 

Le pelage

Le pinceau pénien, faisceau de longs poils prolongeant le fourreau de la verge, est un critère infaillible, mais il n’est évident que chez les boucs de quatrième année et plus, moins chez ceux de troisième année, exceptionnellement plus tôt. Il est beaucoup plus visible lorsque les animaux portent leur fourrure hivernale et particulièrement en automne, pendant le rut. De même, la barbe (étroite bande de long poils qui court le long de l’échine) est très remarquable chez les mâles adultes en pelage d’hiver. Chez l’isard, on dispose d’un critère supplémentaire, l’écharpe, beaucoup plus marquée chez le bouc.

Le comportement

Pour communiquer entre eux, les chamois possèdent tout un répertoire de comportements parmi lesquels certaines attitudes ritualisées (ébrouement, intimidation latérale, posture de soumission, poursuites, chevrotement) ont une forte signification sociale et peuvent fournir des indications sur le sexe des individus observés. Malheureusement, beaucoup ne se manifestent qu’à l’époque du rut. 

Critères de reconnaissance de l’âge du chamois

Le vieillissement des chamois s’accompagne d’une modification de leur stature et de leur morphologie qui est surtout sensible au cours des premières années. La position du sommet des cornes par rapport à celui des oreilles, la taille et la silhouette des individus permettent de distinguer tantôt quatre, tantôt trois classes d’âge, suivant l’époque de l’année :

  • de mai à août : les sujets de première année (chevreaux), de petite taille et sans cornes visibles ; ceux de deuxième année (éterlous et éterles), de taille intermédiaire et dont les cornes sont au plus à la moitié des oreilles ; ceux de troisième année, de taille adulte mais de silhouette encore jeune (thorax peu profond, membres longs et graciles), aux cornes aussi hautes que les oreilles ou les dépassant à peine ; enfin, les sujets de quatrième année et plus âgés, de taille et de silhouette définitives, aux cornes dépassant largement les oreilles.
  • de septembre à avril : les sujets de première année, de petite taille et aux cornes courtes à peine recourbées ; ceux de deuxième année, de taille tout juste inférieure à celle des adultes et de silhouette encore jeune, dont les cornes aux crochets bien dessinés sont à la hauteur des oreilles ou légèrement en-dessous ; les sujets de troisième année et plus âgés, de taille et de silhouette définitives, aux cornes plus hautes que les oreilles.

schéma détermination de l'âge du chamois

La croissance corporelle et celle des étuis s’amenuisant à partir de la quatrième année, il devient impossible de distinguer des classes d’âge parmi les adultes. Toutefois, à partir d’une douzaine d’années, les vieux animaux prennent une coloration particulière. Leur pelage commence à blanchir ou à grisailler. La robe d’été devient peu à peu gris clair et celle d’hiver gris foncé à brun grisâtre. Les tâches claires de la tête s’élargissent et les bandes jugales s’estompent.

DSCF1711 (2) Compte tenu de l’allure générale (cou fin et tête allongée), de l’absence de pinceau pelvien, de la forme des crochets (plutôt ouverts), ce chamois est certainement une femelle âgée, car son pelage est très grisonnant…